La Grande Désillusion


Livres Couvertures de La Grande Désillusion
4.4 étoiles sur 5 de 31 Commentaires client

La Grande Désillusion par Joseph E. Stiglitz - 3Vice-président de la Banque mondiale, Joseph Stiglitz démissionna avec fracas de son poste en 2000. Auréolé d'un Prix Nobel d'économie reçu en 2001, il fait ici le procès des politiques prônées par le Fonds monétaire international. Pour faire face à la crise financière en Asie, pour faciliter la transition en Russie ou pour sauver des pays lourdement endettés, c'est toujours la même thérapeutique libérale qui est appliquée : privatisations, rigueur budgétaire et ouverture des marchés. Ces "solutions archaïques et inadaptées, sans tenir compte des effets qu'elles auraient sur les habitants des pays", sont imposées sans débat préalable, à partir d'une conception dogmatique de l'économie : la supériorité du marché et de la concurrence. Avec pédagogie et sur un ton incisif, Stiglitz décrit avec moult anecdotes comment les grands argentiers ont contribué à façonner l'économie mondiale, et dénonce leurs décisions davantage fondées sur les intérêts des pays riches que sur ceux des pays "aidés". S'il ne remet pas en cause pour autant la mondialisation, "potentiellement capable d'enrichir chaque habitant de la planète en particulier les plus pauvres", il réclame une réforme en profondeur du fonctionnement des institutions internationales, pour mettre fin à ce "consensus de Washington" dont l'échec est patent. --Gery Dumoulin

Télécharger Livres En Ligne

Détails La Grande Désillusion

Le Titre Du LivreLa Grande Désillusion
Vendu parLe Livre de Poche
EAN9782253155386
AuteurJoseph E. Stiglitz
ISBN-102253155381
Nombre de pages407 pages
EditeurLe Livre de Poche
CatégoriesEntreprise et Bourse
Évaluation du client4.4 étoiles sur 5 de 31 Commentaires client
Nom de fichierla-grande-désillusion.pdf
La taille du fichier18.27 MB

Un propos encore très actuel - La grande désillusion est un bon ouvrage de vulgarisation économique. En s'appuyant sur son expérience dans les années 1990 d'abord comme conseiller de Bill Clinton puis comme économiste en chef à la Banque Mondiale, Joseph Stiglitz nous raconte concrètement comment la doctrine monétariste promue par l'école de Chicago – et qui s’est imposée comme programme de gouvernement aux Etats-Unis et au Royaume-Uni dans les années 1980 – est devenue le consensus néo-libéral de Washington qui s'est diffusé dans le monde entier avec l'appui du FMI et de la Banque Mondiale.Face à ce constat, Joseph Stiglitz souligne deux fautes majeures de ces institutions :- ces institutions ont détourné leur mandat initial fixé lors de leur création en 1945. Principalement le FMI qui à l'aune de son rôle de résolution des crises l'a étendu au...